Corriere del mezzogiorno

Corriere del mezzogiorno, Fabrizio Versienti

  • Prêt pour célébrer, à la fin du mois, le vingt-cinquième CD de sa maison d’édition, Digressione Music, de Molfetta (Italie), l’abbé Gino Samarelli fait briller ses joyaux et amène à Paris son dernier-né, Amore contraffatto. Un disque d’une grande suggestion musicale et spirituelle, dans lequel une nouvelle oeuvre « pour ensemble de voix et alto narratif » (Devequt II), signée par le compositeur Gianvincenzo Cresta (…)
    Sa musique se situe à la limite de l’étourdissement sensuel, avec des harmonies vocales riches de chromatismes et dissonances qui bâtissent des architectures sonores traversées par des couleurs lumineux et des ombres profondes ; une musique mystique et douloureuse, composée pour les dévotions de la Semaine sainte et fondée sur des passages des Évangiles en latin autour de la passion et de la mort du Christ, dans laquelle remue une obsession intérieure brûlante et tourmentée qui a poussé beaucoup de critiques à y voir un reflet des drames privés de Gesualdo, meurtrier par jalousie et psychotique. Mais ici nous rentrons dans la légende d’une âme sombre qui n’a été que trop romancée. Il est préférable de s’en tenir à la musique, magnifique, sévère et en même temps somptueuse. M. Cresta lui adjoint une œuvre qui fait écho à son atmosphère, tout en utilisant un langage contraire, elliptique, épuré de toute fioriture, composé par des « signes » sonores forts et rudes : le Devequt II est dominé par l’alto solo de Christophe Desjardins, qui oscille entre Bach et Berio, pendant que, tout autour de lui, les voix de l’ensemble Solistes XXI, dirigées par Rachid Safir et également engagées dans le tour de force des Responsoria de Gesualdo, montent progressivement en déclamation et intensité.
    La matière à modeler est ici représentée par les Laudi de Jacopone da Todi, d’un mysticisme plus pauvre et populaire ; mais les interprètes les étirent et les croisent dans tous les sens possibles, allant du murmure au vacarme. (…)

Corriere del mezzogiorno, Fabrizio Versienti

Site de l'ensemble Solistes XXI – direction Christophe Grapperon